Le syndicat Alliance (deuxième syndicat de gardiens de la paix) a dénoncé aujourd’hui le rejet par la commission des lois du Sénat d’amendements du gouvernement au projet de loi sur la sécurité Loppsi 2 (loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure).*
Dans un communiqué, Alliance dit « consterné » et « ne peut comprendre » que la commission ait rejeté des amendements « qui adressaient un message de fermeté aux délinquants violents et aux meurtriers ». « Quel signal envoie » la commission « aux représentants des forces de l’ordre qui risquent quotidiennement leur vie ? », s’interroge Alliance en demandant que « la raison reprenne le dessus ».
La commission des Lois du Sénat a rejeté mercredi les amendements du gouvernement au projet de loi sur la sécurité Loppsi 2 sur les peines planchers, les mineurs et l’aggravation des peines pour les meurtres de policiers. Ces amendements étaient pourtant des annonces fortes et réellement désirées par la présidence : on se souviendra du discours sécurtiaire de N. Sarkozy du 30 juillet dernier.
Pour ceux et celles qui se demandent à quoi sert le Sénat, en voici un exemple. Il sera difficile pour le gouvernement de passer outre ces rejets.

Le gouvernement est renvoyé encore une fois dans ses cordes… Tiendra-t-il jusqu’à novembre, mois qui devrait voir passer le remaniement plusieurs fois repoussé ?

* Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2) fixe les grandes orientations des forces de l’ordre pour cinq ans (2009-2013). Il comprend un large éventail de mesures allant du terrorisme à la délinquance routière, en passant par la lutte contre la cybercriminalité. Il prévoit un recours accru à la vidéosurveillance et un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés.